Dernières publications : 
Oyez, oyez! La perte auditive chez les aînés

Un chercheur à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont de Montréal s’emploie à élucider les secrets de la maladie d’Alzheimer Copy

L’alzheimer est une maladie dévastatrice, mais énigmatique, qui touche des centaines de milliers de Canadiens et encore plus de gens dans le monde. Il n’existe pas de remède et aucun moyen de freiner son attaque sur le cerveau, et très peu d’éléments permettent de prédire l’apparition de la maladie et de savoir pourquoi une personne sera frappée et une autre, non. Ce que nous savons, c’est que la forme précoce de l’alzheimer – 5 % des cas diagnostiqués – est causée par une mutation de trois gènes. Mais qu’en est-il des 95 % restants? La science n’a pas encore trouvé la réponse.

Un chercheur de Montréal a toutefois fait des progrès vers la solution du casse-tête. À l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, Gilbert Bernier et son équipe déploient tous les efforts depuis une décennie pour tenter de décoder les mystères de l’alzheimer à apparition tardive, forme la plus courante de la maladie.

Gilbert Bernier et son équipe pensent que contrairement à la forme précoce, déclenchée par une mutation de trois gènes, l’alzheimer des personnes âgées est déclenché par une série d’anomalies génétiques qui « font déraper » le cerveau. À partir de cette théorie originale, ils ont remarqué qu’un gène en particulier, le BMI1, est inactif chez les patients âgés atteints de l’alzheimer. Ils croient donc que les conditions qui entraînent le dérapage du cerveau doivent désactiver ce gène précis.

La dichotomie entre la mutation de trois gènes dans l’alzheimer précoce et la désactivation du gène BMI1 chez les patients âgés signifie que les deux maladies sont apparentées, mais différentes, puisqu’elles ont une origine différente. Il s’ensuit que le traitement de la maladie d’apparition précoce serait différent de celui de la maladie d’apparition tardive. Dans ce dernier cas, le traitement devrait viser la réactivation du gène BMI1.

Le laboratoire de Gilbert Bernier se spécialise dans la création de cellules humaines à partir de cellules souches. M. Bernier a fondé une entreprise appelée StemAxon pour mettre au point et commercialiser des médicaments contre la maladie d’Alzheimer à partir de ses recherches en laboratoire. Il y a beaucoup de travail à faire avant que de tels médicaments soient prêts à être mis en marché, « mais si ça marche, le potentiel commercial est titanesque », déclare M. Bernier.

Avec les nouvelles percées médicales, le scepticisme est normal et souvent attendu. M. Bernier, cependant, considère le long chemin à parcourir comme une bonne chose : « Ça nous laisse une marge de manœuvre pour rester en avant. », dit-il.

Pour lire le reportage de La Presse sur Gilbert Bernier et son travail, cliquez ici.

Classé dans :
Quoi lire ensuite :

Catégories

Consultez des articles et de nouvelles mises à jour sur de nombreux sujets dans diverses catégories. Utilisez les boutons ci-dessous pour voir une publication en particulier.
Toutes les publications