Dernières publications : 
Votre maison est-elle prête à vieillir avec vous?

Petit espace, idée grandiose

Avec l’augmentation du coût des logements dans les résidences pour personnes âgées et la prolongation du temps d’attente pour les établissements de soins de longue durée, une entreprise d’Ottawa a transformé un vieux concept en une nouvelle solution.

Les remises pour voitures à chevaux étaient monnaie courante au 19e siècle, mais les garages intégrés dominent maintenant les plans de logement contemporains et les cours arrière sont présentement réservées aux terrasses, aux modules de jeux et aux piscines. Les anciennes remises qui sont encore debout sont dorénavant des vestiges du passé.

Mais au cours des dernières années, étant donné l’explosion du prix des maisons dans des marchés comme Vancouver et Toronto, plusieurs provinces et municipalités ont commencé à adopter de nouvelles lois et de nouveaux règlements administratifs pour permettre la construction de petites habitations à côté de maisons existantes. À Ottawa, l’administration municipale a commencé à permettre la construction de logements secondaires en 2016 et a maintenant mis en place les règlements administratifs et les lignes directrices nécessaires.

Ce changement de réglementation a incité l’entreprise Coach Homes of Ottawa inc. à créer des modèles de maisons dont la taille varie de 404 à 634 pieds carrés et à établir un partenariat unique avec des fournisseurs de services de soins de santé afin de créer des espaces de vie conçus expressément pour les aînés. Ces petites maisons sont munies d’entrées de porte très larges pour laisser passer un fauteuil roulant, de douches accessibles et d’un ensemble complet d’électroménagers de format réduit. L’entreprise assemble les maisons hors site, prépare les fondations et y dépose la maison à l’aide d’une grue. Les autorisations et les permis requis en vertu des règlements administratifs sont également gérés par l’entreprise, de même que tous les raccordements aux services publics.

Des maisons personnalisées et des unités plus grandes sont également disponibles.

« Des pressions énormes sont exercées pour permettre aux gens de vieillir chez eux », indique Susan Hagar, propriétaire et principale représentante de Nurse On Board, l’un des neuf partenaires de Coach Homes of Ottawa. « Il s’agit d’un retour à une vie plus naturelle, où les aînés peuvent vivre auprès des membres de leur famille et être entourés d’enfants et d’animaux de compagnie, tout en conservant leur autonomie. »

Nurse On Board a conçu un ensemble de services visant à aider les gens à vivre dans des logements accessoires même s’ils ont de graves problèmes médicaux. Les clients ont accès à une infirmière autorisée pour coordonner leurs soins, y compris la physiothérapie à domicile, les soins des pieds et l’hygiène dentaire. L’entreprise espère également offrir des services de télémédecine sur place ultérieurement. Les logements accessoires incluraient la technologie nécessaire pour permettre aux habitants de consulter des spécialistes; une infirmière fournirait un soutien durant la consultation et assurerait un suivi selon les recommandations du médecin. En Ontario, pour concrétiser ce projet, il faudrait modifier le régime d’assurance maladie provincial.

Que le logement accessoire soit loué ou acheté en bonne et due forme, les paiements mensuels seront généralement beaucoup moins élevés que pour un logement standard dans la plupart des résidences pour personnes âgées. Si un habitant a besoin de soins plus intensifs ou qu’il meurt, le logement accessoire peut être enlevé une fois vendu ou lorsque le bail est résilié.

Lorsque le concept des logements accessoires et des soins à domicile a été présenté au Salon de l’habitation d’Ottawa de l’automne 2017 (Ottawa Fall Home Show 2017), Mme Hagar mentionne que l’entreprise a été étonnée par la réponse enthousiaste du public.

À plus long terme, elle indique que Coach Homes of Ottawa prévoit développer de petites communautés de logements accessoires positionnés autour d’un centre communautaire avec services dans les régions rurales.

« Nous croyons que notre concept répond à de nombreux besoins », affirme Mme Hagar. « Il diminue le risque financier et le niveau d’anxiété pour les personnes concernées, permet aux aînés de bien s’alimenter et de recevoir les soins de santé appropriés et atténue le sentiment de solitude que vivent beaucoup d’aînés. »

Classé dans :
Quoi lire ensuite :

Catégories

Consultez des articles et de nouvelles mises à jour sur de nombreux sujets dans diverses catégories. Utilisez les boutons ci-dessous pour voir une publication en particulier.
Toutes les publications