Dernières publications : 
Ressources pour la prévention des chutes

Mois de la prévention des chutes : répondre aux besoins des aidants

Bien que la fragilité soit plus prévalente chez les aînés, elle peut toucher des gens de tous âges. Il est donc essentiel de parler de prévention des chutes avec toutes les personnes fragiles, ainsi que leurs aidants. Le Dr Eoghan O’Shea, notre collaborateur à la rédaction pour le Mois de la prévention des chutes, a représenté l’AMC à uncongrès sur la fragilité, où il a eu l’occasion d’assister à des présentations sur la fragilité et sur le besoin de soutien aux aidants.

Le Réseau canadien des soins aux personnes fragilisées (RCSPF) encourage les localités à mettre en œuvre des programmes visant à normaliser les milieux adaptés aux personnes fragiles et à promouvoir les mesures de prévention pour réduire la charge des travailleurs d’urgence et le nombre d’appels au 911. Ces programmes encouragent les changements à l’échelle individuelle, organisationnelle et systémique.

Pour que l’adaptation des villes aux personnes fragiles devienne la norme, nous devrons opérer un changement de paradigme culturel. Le souci des personnes fragiles doit devenir un effort collectif : sensibilisation accrue, établissement de liens d’entraide, collaboration, mesures de soutien social pour combattre l’isolement, baisse de l’accent mis sur les soins de courte durée et amélioration du soutien favorisant la qualité de vie des aînés en leur permettant de rester dans leur domicile le plus longtemps possible. Les bibliothèques, galeries d’art, écoles, lieux de culte, hôpitaux et commerces devront adopter une perspective favorable aux aînés. D’ailleurs,l’adaptation des lieux collectifs soulage aussi les aidants et leur donne un bon coup de main, puisque beaucoup d’entre eux travaillent à l’extérieur de leur domicile. Les employeurs peuvent être moins enclins à se montrer compréhensifs en ce qui a trait aux absences liées aux soins d’un aîné fragile qu’à celui d’un enfant malade.

La table ronde sur les collectivités adaptées aux personnes fragiles a réuni Flora Dell, gérontologue et militante, Jeff Moat, chef de la direction de Pallium Canada, Florence Campbell, militante et bénévole à Compassionate Kingston, et Debbie Delancey, ancienne sous-ministre de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest [1].

Dans son discours d’ouverture, Francesca Grosso [2] a souligné que les aidants de personnes fragiles ont exprimé un besoin de soutien financier et émotionnel – la plupart d’entre eux ne se font jamais demander comment ils se sentent ni comment ils arrivent à composer avec leurs responsabilités. Ils parlent d’un quotidien conflictuel : bien qu’ils doivent être constamment disponibles, ils font face à la rigidité bureaucratique et à la microgestion de leur horaire, par exemple. Le stress qu’ils subissent et la lourdeur de la tâche nuisent directement à leur capacité de fournir un milieu sûr et des soins de qualité. Si les aidants ne dorment pas assez, ils ne peuvent prodiguer des soins efficaces à leurs proches. Lors des situations d’urgence, en avion, ne dit-on pas qu’il faut mettre son propre masque à oxygène avant de prêter main-forte à son voisin? De la même façon, les aidants doivent d’abord prendre soin d’eux-mêmes pour pouvoir s’occuper de quelqu’un d’autre. Ils devraient disposer de ressources pour prendre une pause ou bénéficier d’un répit dans des délais raisonnables.

 

Références

[1] Flora M. Dell et coll. What does a “frailty-friendly” community look like and how can we get there? Présenté par Joyce Resin à la 5e conférence du RCSPF, 20 septembre 2018.

[2] Francesca Grosso. Reflections on caregiving and how improving frailty care for older adults can benefit all Canadians. Présenté par Francesca Grosso à la 5econférence du RCSPF, 20 septembre 2018.


Quoi lire ensuite :

Catégories

Consultez des articles et de nouvelles mises à jour sur de nombreux sujets dans diverses catégories. Utilisez les boutons ci-dessous pour voir une publication en particulier.
Toutes les publications