Dernières publications : 
l'AMC Subventions « Canadiens en santé » : le centre de soins palliatifs Pilgrims

Les aînées canadiennes profitent bien de leur âge d’or

Le nombre d’aînés au Canada augmente rapidement et les femmes comptent pour une grande proportion de cette population, car elles vivent en général plus longtemps que les hommes. En 2016,par exemple, on comptait deux fois plus de femmes que d’hommes parmi les 85 ans et plus. Il s’ensuit que de plus en plus de femmes sont confrontées à la réalité de vieillir seules – ce qui n’est pas nécessairement négatif.

Pour certaines aînées, l’objectif est de rester à la maison le plus longtemps possible, tandis que pour d’autres, vivre seul entraîne l’isolement et la solitude. En 2017, à l’occasion de la rédaction d’un article pour le Toronto Star, une journaliste a examiné les tendances chez les aînées au Canada et a interviewé en cette occasion des femmes qui ont affirmé se sentir rajeunies après être déménagées dans unemaison de retraite.

Ada Garrison,80 ans, se sentait seule dans un appartement un étage sous celui de sa fille.Elle se sentait isolée et coupée de toute vie sociale parce que beaucoup de ses amis étaient décédés et que sa fille avait une vie très occupée. Elle a alors décidé de déménager dans une maison de retraiteet depuis, elle ne saurait être plus heureuse: elle compare l’ambiance de son nouveau chez-soi à celle d’une résidence pour étudiants.

Les femmes passent souvent une grande partie de leur vie à prendre soin des autres, parfois à partir de leur vingtaine et jusque dans leur soixantaine, puis soudain, on passe à autre chose.

Nora Spinks,présidente-directrice générale de l’Institut Vanier de la famille, a déclaré au Star qu’il n’est pas si étonnant que les femmes se sentent plus libres dans leurs vieux jours, parce qu’elles ont consacré beaucoup de temps à s’occuper des autres : « D’abord vous prenez soin de vos enfants, ensuite vous prenez soin de vos parents, ensuite vous prenez soin de votre conjoint, puis vous prenez soin de vos amis »,dit-elle. Les femmes comptent souvent les unes sur les autres pour obtenir du soutien et créent un milieu où les amies se réunissent pour s’entraider.

Bev Farrell est une spécialiste des loisirs thérapeutiques à London, en Ontario. Elle aide les aînés à trouver des activités intéressantes. Elle a dit au Star que la possibilité pour les femmes de se concentrer sur elles-mêmes après avoir passé tant de temps à s’occuper des autres peut être libératrice. Certaines femmes âgées profiteront de ce changement dans leur vie pour tenter une nouvelle expérience, par exemple lancer une petite entreprise de promenade de chiens ou transformer leur maison en Airbnb.

Des expériences telles que celle d’Ada Garrison montrent que vieillir seul ne signifie pas nécessairement vieillir dans la solitude. La vie peut être riche et pleine à tout âge.

Classé dans :
Quoi lire ensuite :

Catégories

Consultez des articles et de nouvelles mises à jour sur de nombreux sujets dans diverses catégories. Utilisez les boutons ci-dessous pour voir une publication en particulier.
Toutes les publications