Dernières publications : 
Oyez, oyez! La perte auditive chez les aînés

Le partage intergénérationnel de logement s’attaque à la crise du logement, épargne de l’argent et crée des amitiés improbables

À Toronto, une veuve âgée a décidé que ce serait une bonne idée de trouver un colocataire. Elle a donc ouvert ses portes aux jeunes étrangers, principalement des étudiants. Elle a compilé des livres d’invités en cours de route, remplis de notes de gratitude de la part des nombreuses personnes qui ont vécu avec elle au fil des ans.Elizabeth Hill, âgée de 75 ans, a vécu avec le trentenaire Julio Hernandez pendant sept ans. M. Hernandez a dit à la CBC que Mme Hill était devenue une amie et qu’il la considérait comme sa famille de Toronto.

Une entente de partage de domicile où des étudiants vivent avec des aînés permet d’offrir des logements plus abordables en échange d’un accompagnement et d’une aide pour les tâches ménagères que les aînés peuvent avoir de la difficulté à accomplir seuls.

Ce genre de partage de domicile n’est pas nouveau, et le projet pilote de Toronto n’est pas le premier à explorer cet arrangement. L’an dernier, CBC News a publié un article au sujet de trois étudiants en musique de l’Université Western qui vivaient gratuitement dans une maison de retraite en échange de spectacles musicaux quotidiens pour les résidents du lieu.

Le partage intergénérationnel de logement ne fonctionne pas pour tout le monde, certes, et n’intéressera peut-être pas l’étudiant universitaire typique, mais pour les étudiants de l’Université Western qui vivent dans la maison de retraite de London et dont le profil a été établi par la CBC l’an dernier, c’est une véritable bénédiction.

« J’aime tellement vivre ici que je risque de ne jamais partir », a dit Ivy Manouchehri.« Les résidents entrent dans nos vies et les jeunes obtiennent ces mentors, ces grands-parents avec qui tisser des liens ». Une autre étudiante de Western est du même avis. « Ce n’est pas pour tout le monde,mais nous avons de la chance d’avoir des interactions avec les aînés », a-t-elle dit.« Les aînés sont le cadre de toute communauté. Ils ont tellement à offrir que vous avez le goût d’échanger avec eux. »

Le partageinter générationnel de logement peut contribuer efficacement à régler deux des problèmes sociaux les plus importants au Canada, soit l’abordabilité du logement et les soins aux aînés.

CBC News rapporte que les membres de la génération du millénaire et de la génération du baby‑boom connaissent les mêmes difficultés d’accès abordable aux logements ou aux écoles et aux groupes communautaires. En Ontario, les trois quarts des personnes de plus de 65 ans vivent dans des maisons trop grandes pour leurs besoins, ce qui crée environ cinq millions de chambres libres. Les soins à domicile coûtent de plus en plus cher aux aînés,tandis que les étudiants voient leurs frais de scolarité augmenter.

Toronto travaille actuellement à un projet pilote de partage de domicile qui vise à jumeler 20 aînés de la région avec des logeurs étudiants pour une durée de quatre mois. Les participants signeront des ententes qui obligeront les jeunes pensionnaires à consacrer jusqu’à sept heures par semaineà aider leurs hôtes âgés à faire des courses, ou simplement à profiter de ces heures pour passer du temps de qualité ensemble.

Il est à espérer que ce projet pilote permettra de créer des projets sur mesure de partage de domicile dans d’autres villes un peu partout au pays.

 

Classé dans :
Quoi lire ensuite :

Catégories

Consultez des articles et de nouvelles mises à jour sur de nombreux sujets dans diverses catégories. Utilisez les boutons ci-dessous pour voir une publication en particulier.
Toutes les publications