Dernières publications : 
Votre maison est-elle prête à vieillir avec vous?

Experts en la matière : IHA Canada

Ce texte est une contribution de Nicholas Kerr, d’IHACanada. IHA est une équipe novatrice qui pourvoit à l’ensemble des besoins des aînés en matière de logement et de soins de santé. L’objectif de l’initiative est de permettre aux aînés d’habiter leur propre domicile, de tisser des liens dans leur communauté et de se sentir en sécurité, tranquilles et soutenus.

À moins de vivre sur une autre planète, vous connaissez tous les statistiques actuelles au sujet des aînés. Les centenaires forment désormais le groupe de la population canadienne quis’accroît le plus vite, tout juste devant celui des 85 ans et plus. D’ici 2026, on prévoit une augmentation de 71 % du nombre d’individus nécessitant des soins continus, fournis bénévolement ou non. Plus d’un tiers de la population active du Canada doit s’absenter du travail pour prendre soin d’un membre de sa famille ou d’un ami, ce qui équivaut à environ neuf heures par semaine de soins prodigués gratuitement.Il est inconcevable de penser que dans seulement huit ans nous aurons besoin de 131 000 places additionnelles dans les résidencespour satisfaire à la demande, et c’est sans compter le remplacement des chambres qui tombent en désuétude.

Nous connaissons tous un parent, un grand-parent ou un autre proche qui a déjà confié ne pas vouloir finir ses jours dans un foyer. J’ai souvent eu l’occasion de parcourir les corridors de ces établissements, tant dans le milieu privé que public, et j’ai remarqué un nombre considérable de similitudes dans leur approche en prestation de soins. Nous avons atteint les limites de l’hébergement de type « entreposage » de nos aînés. Selon moi, les outils et les installations dont disposent les établissements actuels sont inadéquats pour répondre aux besoins de ce segment grandissant de la population. Lorsque les aînés sont contraints de quitter leur communauté pour se prévaloir de soins de santé qui leur sont nécessaires, ils deviennent la proie d’un lot de problèmes de santé supplémentaires, autant d’ordre physique que psychologique. Il serait en effet bien étonnant que d’être retranché dans une chambre individuelle ou partagée, loin des êtres chers, dans un nouvel environnement qui manque probablement de personnel, soit la solution toute désignée pour toutes les personnes âgées.

La solution

On peut s’attaquer aux trois plus grands fléaux pour les aînés, soit la solitude, l’ennui et la dépression, en favorisant un solide sentiment d’appartenance à leur communauté et la possibilité de vieillir chez eux en recevant des soins évolutifs appropriés. Imaginez prendre votre retraite et vieillir dans le décor de votre enfance, là où vous avez passé la plus grande partie de votre vie, où vous avez noué bien des amitiés et pratiqué la plupart de vos loisirs. Il existe des communautés d’aînés où c’est possible, souvent situées dans de petites villes, qui abritent la population vieillissante, et ce, pour environ 40 % du coût des places en foyer traditionnel. La création d’un carrefour dynamique de services au cœur d’un village ou d’une ville doit se faire en équipe. Les médecins, les représentants du gouvernement et même le secteur privé doivent tous mettre la main à la pâte pour créer ces espaces où des soins rentables sont prodigués avec des ressources qui sont déjà amplement disponibles. Chaque personne demeure dans sa propre petite unité d’habitation indépendante conçue selon des principes d’accessibilité et d’adaptabilité. Comme la taille de leur espace personnel le permet amplement, les résidents peuvent inviter leurs proches à les visiter, d’autant plus qu’ils savent qu’ils ne devront pas s’en aller vers un autre établissement pour recevoir d’autres soins si leur état se détériore. On trouve aussi sur place du personnel infirmier pour répondre aux besoins des résidents, qui n’ont qu’à appuyer sur un bouton. Grâce au programme d’infirmières et infirmiers pivots d’IHA, une seule personne-ressource doit naviguer dans les méandres du système de santé pour en démêler les composantes souvent difficiles à distinguer.

Pourquoi ne pas créer un espace dont l’environnement s’adapterait aux besoins des aînés, plutôt que de leur demander de se déraciner continuellement? Nous devons construire des villages dotés d’entreprises et d’aires de loisirs qui favorisent le sentiment d’appartenance à une communauté et adoptent une approche holistique des soins. Il existe déjà des avancées technologiques qui permettraient aux patients d’âge avancé de réduire le nombre de leurs déplacements pour renouveler leurs ordonnances, effectuer des examens de suivi et recevoir les résultats de ces examens. Si seulement ces procédés pouvaient être intégrés sans heurts aux résidences d’une communauté d’aînés, alors là, on pourrait affirmer que nos aînés vieillissent dans la dignité. L’idée semble si simple, c’est plutôt incroyable qu’elle ne se retrouve pas dans nos modèles actuels. En santé, les meilleurs résultats s’obtiennent par un système qui s’articule autour du patient, dans lequel cesont les fournisseurs de soins qui se déplacent au domicile des aînés et nonles aînés qui quittent leur chez-soi.

Ce texte est une contribution de Nicholas Kerr, d’IHA Canada, dans le cadre de la série Experts en la matière, qui invite les artisans du milieu à donner leur point de vue sur les soins aux aînés et les perspectives qu’ils envisagent pour améliorer l’avenir.

Classé dans :
Quoi lire ensuite :

Catégories

Consultez des articles et de nouvelles mises à jour sur de nombreux sujets dans diverses catégories. Utilisez les boutons ci-dessous pour voir une publication en particulier.
Toutes les publications