Dernières publications : 
L’avenir des soins virtuels : un soutien à domicile pour les aînés

Conséquences de la pénurie d’effectifs sur les soins aux aînés

En novembre 2018, l’Association médicale canadienne (AMC), en compagnie d’autres intervenants, a assisté à une table ronde organisée par l’Association canadienne des soins de longue durée (ACSLD). La rencontre visait à discuter de la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur de la santé (les ressources humaines de la santé, ou RHS) et de ses effets généralisés sur les soins aux aînés. On y a aussi fait un remue-méninges pour dégager les prochaines étapes en vue de surmonter plus efficacement ces difficultés.

Le domaine des soins aux aînés est actuellement confronté à trois grands défis : la diminution du nombre de travailleurs traditionnels à temps plein, la dévaluation de ce type d’emploi et le manque de soutien ciblé et concerté de la part du fédéral et des provinces et territoires en matière de planification.

Ces dernières années, un cocktail de changements culturels, économiques et sociétaux a eu une incidence sur le nombre de personnes qui entrent sur le marché du travail traditionnel à temps plein : resserrement de la réglementation, attentes relatives à la connaissance des langues officielles pour les immigrants et coût élevé de la formation des nouveaux travailleurs, par exemple. De surcroît, l’absence de relève chez les employés à temps plein entraîne une hausse des taux d’épuisement professionnel et de blessures chez les travailleurs en poste, qui sont d’ailleurs nombreux à approcher l’âge de la retraite.

Par ailleurs, le travail dans le secteur des soins aux personnes âgées est continuellement dévalorisé. Le portrait qu’en dressent les médias tend à se concentrer sur des incidents isolés dans les foyers de soins de longue durée. Conjugué à l’épuisement professionnel et au taux de roulement élevé chez les travailleurs actuels, ce portrait ne fait rien pour améliorer la réputation peu enviable de ce milieu professionnel.

En 2003-2004, la stratégie en matière de RHS était principalement axée sur l’offre de médecins et la réduction des temps d’attente en chirurgie. Le plus récent rapport annuel, publié en 2009-2010, indiquait qu’aucun ordre de gouvernement n’avait encore entrepris de planification substantielle des effectifs en santé. Or, les foyers de soins de longue durée relevant habituellement de la compétence des provinces et des territoires, il peut être difficile pour le gouvernement fédéral de mettre en œuvre une stratégie pancanadienne à cet égard. Maintenant que la pénurie de personnel atteint des niveaux critiques partout au pays, la collaboration intergouvernementale est essentielle pour permettre aux provinces et aux territoires de répondre à la demande en matière de soins aux aînés.

Une stratégie renouvelée en matière de RHS devra miser sur la création d’un effectif mobile pour qui le passage d’un secteur à l’autre et la polyvalence des ensembles de compétences sera la norme. Si certaines provinces mettent en œuvre de petits changements à cet effet, le gouvernement fédéral peut les aider en créant une norme nationale qui encourage cette mobilité.

Pour revaloriser le travail dans le domaine des soins aux aînés et encourager les gens à explorer les possibilités professionnelles qu’offre ce milieu, il faut en redorer le blason dans l’opinion publique. Les incitatifs à l’emploi ont leur importance, mais le gouvernement fédéral peut contribuer à ces efforts en subventionnant et en normalisant la formation partout au pays. Le secteur des soins aux aînés est en pleine croissance; tout ce qu’il manque pour susciter l’intérêt des chercheurs d’emploi, c’est un effort de valorisation des carrières associées.

La création d’une stratégie renouvelée en matière de RHS ne dépend pas que du financement, mais aussi de l’établissement d’une stratégie fédérale en matière de responsabilisation des divers ordres de gouvernement quant aux objectifs de dépenses. En outre, une telle stratégie devra établir des liens clairs avec les stratégies existantes (comme la stratégie nationale sur la démence), et la collecte de données probantes devra être axée sur la détermination des besoins actuels et futurs, afin d’aider le gouvernement fédéral à investir dans les domaines prioritaires.

Le vieillissement de la population et les difficultés persistantes liées au recrutement et au maintien en poste des travailleurs ouvrent grand la porte à la discussion sur une stratégie renouvelée en matière de RHS, pour le bien de tous les organismes du milieu de la santé. Ces échanges ont le potentiel d’influencer l’élaboration de politiques dans le domaine des soins aux aînés et dans d’autres secteurs du système de santé.

Classé dans :
Quoi lire ensuite :

Catégories

Consultez des articles et de nouvelles mises à jour sur de nombreux sujets dans diverses catégories. Utilisez les boutons ci-dessous pour voir une publication en particulier.
Toutes les publications