Tweet #SoinsAuxAînés.

Un programme de conditionnement physique en Colombie-Britannique démontre que l’exercice est crucial, en particulier quand on vieillit

GUG_4.jpg

Sur l’île Gabriola, située à environ cinq kilomètres à l’est de Nanaimo, des citoyens âgés découvrent les vertus de l’exercice. Des gestes qui pourraient ressembler à de petits réglages — par exemple, étirer les bras au-dessus de la tête ou se pencher vers ses pieds — ont d’immenses répercussions sur leur état de santé et leur mieux-être en général.

Nancy Boyes est instructrice de conditionnement physique au centre The Gym, à Twin Beaches, sur l’île Gabriola. Bien qu’elle ait commencé à travailler avec une clientèle relativement jeune, elle a rapidement changé de cap, se concentrant sur les aînés après avoir constaté l’effet que l’exercice avait sur leur état de santé général.

« Quand je regardais tous les gens qui venaient au centre, ce sont les personnes âgées qui me fascinaient réellement, a dit Mme Boyes. Ceux qui faisaient de l’exercice avaient une très bonne qualité de vie comparativement à ceux qui, je le savais, n’en faisaient pas. »

Mme Boyles enseigne un cours Get Up and Go, que l’on pourrait traduire par « vas-y, bouge ». C’est un cours qui est axé sur l’équilibre, la stabilité, la posture et le développement musculaire, et qui vise à prévenir les blessures et à améliorer la mobilité.

« On peut voir la différence, d’une journée à l’autre, dit-elle. C’est tellement gratifiant. »

Alethea Taylor, une femme énergique de 82 ans, est une nouvelle venue au cours Get Up and Go de Gabriola. À son arrivée sur l’île, Alethea devait se déplacer à l’aide d’une canne à la suite d’une intervention au dos et au genou qui avait endommagé les nerfs de sa jambe droite de façon permanente. Elle avait aussi fait une série de chutes, et avait parfois peur que ça ne se reproduise avant de s’inscrire au programme.

« J’ai cessé d’utiliser ma canne après quatre séances avec Nancy, dit Mme Taylor. Maintenant, je peux me tenir sur une jambe. J’ai retrouvé ma stabilité. » 

Alethea et son conjoint de 85 ans sont maintenant des habitués — et ne forment pas le duo typique qu’on pourrait s’attendre à voir au centre de conditionnement physique local.

Le cours Get Up and Go s’inspire du programme Osteofit, un exercice certifié qui a été conçu par le B.C. Women’s Hospital and Health Centre à l’intention des personnes souffrant d’ostéoporose. Le cours a été créé à la demande du service de prévention des chutes et des blessures de la Fraser Health Authority (FHA) pour les personnes qui ont besoin d’une formation moins intensive et qui peuvent toujours se déplacer de façon autonome.

En collaboration avec la FHA, Debbie Cheong a adapté le programme Osteofit en se concentrant sur les éléments de base : encourager la participation à une activité physique, développer la force musculaire et permettre aux personnes âgées de rester chez elles et d’améliorer leur qualité de vie.

« La plupart de nos clients risquent de se retrouver dans un établissement de soins, dit-elle. Leur mobilité pourrait être un obstacle majeur à leur participation à la communauté. »

Selon Mme Cheong, les programmes de conditionnement physique sont essentiels pour les membres de ce groupe démographique, car leur environnement les empêche de bouger beaucoup.

« Ils n’ont plus à ouvrir des portes ou à monter des escaliers, parce que tous les édifices sont dotés de rampes, ce qui fait perdre le fonctionnement des triceps et des hanches », explique Mme Cheong.

Elle reconnaît que l’adaptation à un nouveau programme d’entraînement peut être un défi de taille, mais ajoute que ce sont les rires et les nouveaux amis qui font que chaque cours est agréable. L’isolement social est un problème courant chez les personnes âgées, qui vivent souvent seules, et c’est pourquoi le soutien communautaire et l’amitié sont au cœur même du programme Get Up and Go.

Jim Gray, un homme de 77 ans souffrant d’une maladie pulmonaire obstructive chronique, participe au programme Get Up and Go local de Ladner, en Colombie-Britannique. L’aspect social des cours lui plaît autant que l’aspect physique.

« Tout le monde se connaît, on rit et on fait des blagues, et je suis toujours impatient de m’y rendre, explique M. Gray. Si je n’assistais pas à ce cours, je ne crois pas que je serais la moitié de ce que je suis aujourd’hui. »