Tweet #SoinsAuxAînés.

Vigie politique

 

Promesses

 

Un gouvernement libéral négociera un nouvel Accord sur la santé avec les provinces et les territoires, qui comprendrait notamment une entente de financement à long terme.

  • Le budget de 2017 a confirmé que le gouvernement fédéral a négocié des ententes bilatérales sur la santé avec les provinces et les territoires, à l’exception du Manitoba, au lieu de conclure un nouvel Accord sur la santé (p. 179). Dans son budget, le gouvernement a affirmé qu’il y aura un nouveau transfert d’argent aux provinces et aux territoires qui ont consenti à signer une entente bilatérale et que le fédéral fournira un « acompte » sur les investissements dans les soins à domicile et la santé mentale. Parallèlement aux ententes bilatérales, les provinces et territoires devront chacun fournir au gouvernement fédéral un plan décrivant comment ils dépenseront les fonds, et devront produire des indicateurs de rendement. 

Accroître de 10 % le Supplément de revenu garanti pour les aînés à faible revenu vivant seuls.

  • Le Supplément de revenu garanti (SRG) a augmenté dans le budget de l’an dernier et celui de 2017 a présenté les résultats de cette augmentation. Les majorations du SRG ont aidé 750 000 personnes âgées vivant seules qui touchent maintenant 947 $ par année de plus. Le budget de 2017 a évalué les politiques dans une optique d’analyse comparative entre les sexes. Comme les aînés vivant seuls sont des femmes dans une mesure disproportionnée, ce sont celles-ci qui ont bénéficié le plus de l’augmentation du SRG. Le budget de 2017 ne comprenait aucune promesse nouvelle.

Assouplir les prestations de compassion en donnant accès à six mois de prestations – qui ne sont plus réservées aux cas où un membre de la famille risque de mourir. 

  • Exigeons un plan a signalé l’an dernier que même si le budget de 2016 n’incluait pas de prestations de compassion, le gouvernement libéral s’est engagé à augmenter les prestations d’assurance-emploi. Cellesci ont en fait augmenté dans le budget de 2017 pour inclure une nouvelle prestation aux aidants naturels afin d’aider les Canadiens à s’occuper de membres de leur famille gravement malades ou blessés. Le budget de 2017 a en outre indiqué que le gouvernement chercherait à fournir 691,3 millions de dollars en cinq ans à compter de 2017–2018 et 168,1 millions par année par la suite pour créer une nouvelle prestation aux aidants naturels d’une durée maximale de 15 semaines. Cette prestation aidera les personnes qui s’occupent de membres de leur famille.

Investir 3 milliards de dollars, au cours des quatre prochaines années, pour améliorer quantitativement et qualitativement l’offre de services de soins à domicile pour tous les Canadiens, notamment en améliorant l’accès à des fournisseurs de soins à domicile de grande qualité, à une aide financière pour les aidants naturels et, au besoin, à des soins palliatifs.  

  • Comme on l’a déjà dit, même si le gouvernement fédéral n’a pas signé de nouvel Accord sur la santé et a conclu des ententes bilatérales avec les gouvernements de la plupart des provinces et des territoires, les investissements dans les ententes bilatérales portent avant tout sur les soins à domicile et la santé mentale. Le gouvernement a proposé d’injecter 11 milliards de dollars en 10 ans dans les soins à domicile dans les provinces et les territoires, ce qui pourrait ne pas suffire à faire une différence. 

    Le budget de 2017 n’incluait pas de financement pour les soins palliatifs. Des députés fédéraux essaient toutefois de proposer une stratégie nationale sur les soins palliatifs (Bill C-277).

Promouvoir une collaboration pancanadienne pour l’innovation en santé et améliorer l’accès aux médicaments d’ordonnance nécessaires. Collaborer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux pour acheter des médicaments en vrac.

  • Le budget de 2017 incluait l’innovation en ce qui a trait aux médicaments d’ordonnance (p. 180). Le gouvernement libéral a proposé de réduire les prix des médicaments et d’appuyer l’établissement d’ordonnances en investissant 140,3 millions de dollars en cinq ans, à compter de 20172018. Il a aussi proposé d’affecter 18,2 millions de dollars par année à Santé Canada, au Conseil d’examen du prix des médicaments brevetés et à l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé.

    Le budget de 2017 a aussi promis que le gouvernement fédéral continuerait d’appuyer l’adoption du dossier médical électronique au Canada et l’expansion de l’établissement d’ordonnances électroniques. Le budget a aussi promis que le gouvernement fédéral affecterait 300 millions de dollars à l’Inforoute Santé du Canada. Le gouvernement espère que l’adoption du dossier médical électronique et de l’établissement d’ordonnances électroniques aidera aussi à réduire l’abus des opioïdes d’ordonnance.

Affecter 20 millions de dollars à la création de deux nouveaux centres d’excellence en soins aux anciens combattants, dont l’un sera spécialisé en santé mentale, en trouble de stress post-traumatique et en problèmes connexes pour les anciens combattants et les premiers intervenants. 

  • Le budget de 2017 a insisté sur le rôle important que les aidants naturels jouent dans le soin des anciens combattants blessés qui quittent les Forces armées. Le budget a proposé de créer une allocation de reconnaissance des aidants naturels pour les anciens combattants de l’ère moderne afin de remplacer l’allocation de secours pour les aidants familiaux. L’allocation de reconnaissance des aidants naturels constituera une prestation mensuelle non imposable de 1000 $ versée directement aux aidants naturels (p. 203-204).

    Pour aider les anciens combattants à faire face au trouble de stress posttraumatique (TSPT), le budget de 2017 a proposé la création d’un Centre d’excellence sur le TSPT et autres problèmes de santé mentale. Le personnel du centre maîtriserait très bien la prévention, l’évaluation et le traitement du TSPT chez les membres des Forces armées canadiennes. Le gouvernement fédéral a l’intention d’affecter 17,5 millions de dollars en quatre ans à compter de l’année prochaine et 9,2 millions par année par la suite (p. 206). Il n’est pas question des premiers intervenants dans le budget de 2017.

Créer un indice des prix à la consommation pour les aînés pour que les prestations de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti suivent la hausse réelle des coûts que les aînés doivent supporter.

  • Le budget de 2017 ne contenait aucune mention d’un Indice des prix à la consommation pour les aînés, mais il annonçait des modifications du SRG comme on l’a indiqué cidessus.

Ramener à 65 ans l’âge de l’admissibilité aux prestations de la sécurité de la vieillesse

  • Cette promesse a été tenue dans le budget de 2016 et c’est pourquoi il n’en a pas été question dans le budget de 2017.

Investir près de 20 milliards de dollars de plus dans l’infrastructure sociale du Canada au cours de la prochaine décennie. 

  • Dans le budget de 2016, le gouvernement a annoncé la première phase de son plan sur les infrastructures sociales qui incluait un investissement dans les réseaux de transport en commun, de distribution d’eau et de traitement des eaux usées, le logement abordable et des centres de soins de santé communautaires dans les réserves. Le budget de 2017 a essayé de bâtir sur la phase un en améliorant la qualité de vie des communautés autochtones et en établissant une Stratégie nationale sur le logement, entre autres initiatives portant sur les infrastructures sociales (p. 129). Même si le budget n’incluait pas de montant en argent, il affirmait que l’Exposé économique d’automne comportait 81 milliards de dollars en investissements dans les infrastructures à compter de 2017-2018.

Améliorer l’accès à des services de santé mentale de qualité pour les Canadiens, ce qui comprend les anciens combattants et les premiers intervenants.

  • Le budget de 2017 a indiqué que le gouvernement fédéral injecterait de l’argent dans les services de santé mentale afin d’aider les anciens combattants, mais aussi tous les Canadiens. Les ententes bilatérales que le gouvernement fédéral a négociées avec la plupart des provinces et des territoires visaient notamment des initiatives en santé mentale. Plus précisément, le gouvernement a proposé d’injecter 11 milliards de dollars en 10 ans dans les services de santé mentale et de soins à domicile. Là encore, il n’était pas question des premiers intervenants dans le budget.

Investir 100 millions de dollars par année afin d’élargir le cercle de soutien aux familles des anciens combattants.

  • Même si le budget de 2017 ne précisait pas si le gouvernement investirait 100 millions de dollars par année, il décrivait les étapes de l’aide aux familles des anciens combattants. On prévoit davantage d’aide pour les aidants familiaux des anciens combattants et des investissements dans des programmes de réadaptation professionnelle à l’intention des survivants et des conjoints. Le budget de 2017 a en outre reconnu le rôle que les familles jouent pour aider les anciens combattants. Le gouvernement a promis d’investir 147 millions de dollars en six ans et 15 millions de dollars par année par la suite afin d’aider les Centres de ressources pour les familles de militaires et les familles d’anciens combattants libérés pour des raisons médicales des Forces armées canadiennes à compter d’avril 2018.