Tweet #SoinsAuxAînés.

Les premiers ministres de l’Atlantique veulent plus d’argent pour s’occuper de leur population vieillissante

Simpson_Hospital.jpg

Les premiers ministres du Canada atlantique unissent leurs voix afin de réclamer un accord sur la santé qui tient compte de leur population vieillissante — la plus vieille du pays.

Les quatre premiers ministres ont déclaré, après leur rencontre annuelle du 15 mai à Annapolis Royal, en Nouvelle-Écosse, que la formule actuelle du Transfert canadien en matière de santé — qui est calculé selon le nombre d’habitants — n’est tout simplement pas appropriée à leur situation.

« Nous devons tenir compte de la démographie et de la gestion des maladies chroniques », a dit le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, rapporte la Presse canadienne.

Quant au premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, il a dit que le gouvernement fédéral doit comprendre que le Canada atlantique fait face à des défis uniques dans la prestation des soins en raison de sa population vieillissante, de ses grandes régions rurales et des taux élevés de cancer.

Cette compréhension pourrait se traduire par « des transferts pour la santé ou une forme de programme de supplément […] tenant compte des soins aux aînés ou de la population vieillissante dans son ensemble », a-t-il dit.

« Nous voulons collaborer, en tant que quatre dirigeants de quatre provinces, et défendre une entente de financement réaliste », a dit le premier ministre de l’Île-du-Prince-Édouard Wade MacLauchlan.

De son côté, le Dr Chris Simpson, le président sortant de l’Association médicale canadienne, a pressé les premiers ministres des provinces de l’Atlantique le 12 mai de faire pression en faveur de l’ajout d’une prestation complémentaire à caractère démographique au Transfert canadien en matière de santé, comme le recommande l’AMC, afin de fournir des soins appropriés à leur population vieillissante.

Dans un discours prononcé devant l’Association des foyers de soins du Nouveau-Brunswick, le Dr Simpson a affirmé qu’avec cette prestation complémentaire, les provinces de l’Atlantique pourraient consacrer un montant supplémentaire de 149,5 millions de dollars à la prestation des soins en 2017-2018.

Alloué selon le principe d’un montant égal par habitant, le TCS ne tient pas compte des segments de la population ayant des besoins de santé accrus, comme les aînés. Aujourd’hui, même si les aînés constituent environ le sixième de la population, ils consomment près de la moitié des budgets que consacrent les provinces et les territoires à la santé. Ce phénomène est d’autant plus marqué dans les provinces et les territoires aux populations plus âgées : dans les provinces de l’Atlantique, les personnes âgées représentent 18,8 % de la population, une proportion qui dépasse de beaucoup la moyenne nationale (16,1 %).

L’AMC ne recommande pas que le gouvernement modifie la formule de financement existante, mais plutôt qu’Ottawa offre un financement annuel additionnel, à compter de 2017-2018, sous la forme d’une prestation complémentaire à caractère démographique au Transfert canadien en matière de santé.

Selon la proposition de l’AMC, le Nouveau-Brunswick toucherait 50,7 millions de dollars supplémentaires; la Nouvelle-Écosse, 58,6 millions; Terre-Neuve-et-Labrador, 30,5 millions; et l’Île-du-Prince-Édouard, 9,7 millions.

« Sans cette prestation complémentaire, les provinces aux populations plus âgées peineront à répondre aux besoins de santé accrus. C’est inéquitable », estime le Dr Simpson.