Tweet #SoinsAuxAînés.

Le Canada peut faire mieux en matière de santé

High_Rez-Dr._Forbes.jpg

Le Dr Atul Gawande, chirurgien et auteur de renommée mondiale, affirme de façon éloquente et avisée que nous devons renouveler le système de santé du Canada : « Il est possible de faire mieux. Pas besoin d’être un génie. Il faut de la diligence. Il faut une clarté morale. Il faut de l’ingéniosité. Et, par-dessus tout, il faut la volonté d’essayer. »

L’Association médicale canadienne (AMC) – soutenue par ses quelque 83  000 médecins membres et 35  000 Canadiens qui soutiennent la campagne Exigeons un plan – est tout à fait d’accord, et c’est le moment d’agir.

Les aînés représentent aujourd’hui 16 % de la population canadienne. D’ici 2036, ce chiffre passera à 25 %. Notre système de santé a été créé il y a plus d’un demi-siècle afin de répondre aux besoins d’une population beaucoup plus jeune, et il n’a pas été adapté pour répondre aux besoins changeants et grandissants d’une population vieillissante. Ne nous leurrons pas, notre système ne peut pas continuer à chanceler, peinant – et échouant trop souvent – à offrir des soins de qualité au moment et à l’endroit où les patients souffrant de maladies complexes et chroniques en ont besoin.

Heureusement, le gouvernement fédéral a réaffirmé son engagement envers un nouvel accord sur la santé pluriannuel axé sur l’amélioration de l’accès aux soins à domicile et aux services de santé mentale; le soutien à l’innovation pancanadienne dans la prestation des services de santé; et des médicaments d’ordonnance plus abordables et plus accessibles. Selon l’AMC, un nouvel accord sur la santé est une occasion décisive de combler les graves lacunes dans les soins aux aînés, reposant sur le travail réalisé l’automne dernier pour la promotion d’une stratégie nationale sur les aînés dans le cadre de la campagne Exigeons un plan. L’AMC est d’avis que le dialogue public sur un nouvel accord sur la santé est une occasion majeure de définir une vision et une orientation qui permettront de relever les défis collectifs auxquels sont confrontés tous les systèmes de santé au Canada. Nous devons nous rappeler que chaque administration – d’ordre provincial, territorial et fédéral – doit faire face à ses propres défis pour faire en sorte que notre système de santé réponde aux besoins des Canadiens.

Alors, comment les gouvernements relèvent-ils ce défi? Comment nous assurons-nous que le prochain Accord sur la santé ne fait pas que gagner du temps, mais bâtit un système vraiment revitalisé et robuste, capable de répondre aux besoins actuels et futurs du pays?

En bref, ça commence par la bonne vision et de la volonté.

L’AMC défend une nouvelle vision pour les soins de santé au Canada, une vision fondée sur le cadre à trois objectifs de l’Institute for Healthcare Improvement (IHI), de renommée mondiale, afin d’optimiser la performance du système de santé. Cette vision sera axée sur trois résultats clairs :

• Améliorer l’expérience du patient (ce qui comprend la qualité et la satisfaction)

• Améliorer la santé des populations

• Obtenir une meilleure valeur pour les fonds investis dans la santé

Cette vision repose sur la conviction que chaque Canadien mérite d’avoir accès à un système de santé qui offre des services de qualité d’une façon opportune, sûre, efficace et factuelle, qui respecte le choix individuel. Les systèmes doivent être intégrés afin que la promotion et la protection de la santé; la prévention, l’évaluation, le diagnostic et le traitement des maladies; et les soins de fin de vie fonctionnent de concert entre les milieux des soins à domicile, communautaires et hospitaliers. Chaque Canadien doit avoir accès à un médecin de famille et à une protection abordable et exhaustive pour les médicaments d’ordonnance.

La vision de l’AMC est inclusive. Elle repose sur la collaboration avec des organisations du secteur de la santé et autres, et respecte les principes visant à guider la transformation des soins de santé au Canada. Cette vision fera en sorte que le système de santé permette aux médecins, au personnel infirmier et aux autres professionnels de la santé d’offrir des soins optimaux, en équipe, à leurs patients, avec un examen dirigé par les pairs en incluant pleinement les patients dans les décisions.

Les professionnels de la santé du Canada ont pris cet engagement, et il faut maintenant que nos dirigeants élus leur emboîtent le pas. Si nous voulons vraiment améliorer la santé de nos citoyens, tous les ordres de gouvernement doivent collaborer afin d’améliorer les déterminants socioéconomiques sous-jacents de la santé de tous les Canadiens. Alors que les discussions sur un nouvel accord sur la santé commencent sérieusement, c’est le moment d’agir. Comme objectif premier, le renouvellement du système de santé doit être axé sur les groupes de patients les plus à risque : les peuples autochtones; les gens vivant dans les régions éloignées, dans la pauvreté et dans les quartiers défavorisés; ceux qui souffrent de problèmes de toxicomanie et de santé mentale; les personnes âgées et les patients devant gérer des problèmes multiples.

Lors de la campagne électorale de l’année dernière, Justin Trudeau a galvanisé les Canadiens et nous a tous exhortés à croire qu’« il est possible de faire mieux ». Nous le pensons. Tout ce qu’il reste à faire est de manifester la volonté de faire le travail.

La présidente, Dre Cindy Forbes

Association médicale canadienne

 

***Lettre d’opinion de l’AMC (publiée dans le Hill Times le 30 mai)