Tweet #SoinsAuxAînés.

Le budget indique que l’amélioration des soins aux aînés est un travail de longue haleine

Le budget fédéral de cette année peut ne pas comprendre de mesures majeures pour les soins aux aînés, mais il présente quand même des signes encourageants.

Le nouveau gouvernement libéral a reconnu qu’il faut renforcer le système de santé du Canada afin de mieux répondre aux besoins des patients alors que la population continue à vieillir, que la structure de la morbidité change et que la technologie évolue. Tous ces changements vont continuer à « entraîner l’augmentation relative de l’offre de soins à domicile et dans les collectivités », peut-on lire dans le budget.

En langage simple, ça veut dire que les soins continus aux aînés, par l’intermédiaire de meilleurs soins à domicile et communautaires, forment une politique officielle du gouvernement. C’est un bond prodigieux par rapport à 12 mois plus tôt, alors que le gouvernement précédent refusait de reconnaître les soins de santé pour quiconque comme étant une priorité fédérale, soutenant que cette responsabilité incombait aux provinces et aux territoires.

« Lentement mais sûrement, Ottawa prend l’initiative de renouveler le système de santé public du Canada, qui date d’un demi-siècle », a dit le Dr Chris Simpson, le président sortant de l’Association médicale canadienne. « Appelons ça une première pelletée de terre. »

Lors de la campagne électorale de l’automne dernier, les Libéraux ont promis de négocier un nouvel Accord sur la santé avec les provinces et les territoires. Le budget de 2016 réitère cet engagement et précise quels sont les objectifs d’Ottawa dans le cadre de ces négociations « pluriannuelles ».

Ces objectifs sont entre autres les suivants :
• Rendre les médicaments d’ordonnance plus abordables et accessibles.
• Améliorer l’accès aux soins à domicile et aux services de santé mentale.
• Appuyer l’innovation dans la prestation des services de santé.

Les aînés seront les grands gagnants avec ces trois objectifs.

« Nous reconnaissons que ces améliorations essentielles sont ‘un travail en cours’, mais au moins, nous allons enfin commencer à revitaliser le système de santé », a dit le Dr Simpson.

Selon le ministre des Finances Bill Morneau, la revitalisation du système de santé est « un travail continu. Nous savons que les Canadiens s’attendent à ce que nous collaborions avec les provinces et les territoires. »

Comme mesures plus immédiates, le gouvernement a promis de mener des consultations auprès des Canadiens au cours des prochains moins sur la façon d’améliorer le Régime de pensions du Canada (RPC). Ottawa a entrepris des discussions avec les provinces et les territoires à ce sujet en décembre 2015.

Le budget rétablit l’âge de l’admissibilité à la Sécurité de la vieillesse (SV) et au Supplément de revenu garanti (SRG) de 67 à 65 ans, comme l’a promis le premier ministre Justin Trudeau ce mois-ci.

De plus, la Sécurité de la vieillesse sera modifiée afin que les couples âgés qui sont obligés de vivre séparément pour des raisons indépendantes de leur volonté, par exemple pour recevoir des soins de longue durée, touchent des prestations plus élevées au titre de la SV.

Le gouvernement envisage également de créer un indice des prix s’appliquant aux aînés qui tiendrait compte du coût de la vie auquel les aînés font face. Cela permettrait d’assurer que les aînés qui touchent des prestations de la SV et du SRG peuvent supporter l’augmentation du coût de la vie.

Les prestations du SRG augmentent pour les aînés célibataires. Le budget propose d’augmenter d’un montant pouvant atteindre 947 $ par année la prestation complémentaire au Supplément de revenu garanti pour les aînés les plus vulnérables, à compter de juillet 2016. Cela fait plus que doubler la prestation complémentaire et représente une augmentation de 10 % des prestations maximales du SRG.

Ces changements coûteront 670 millions de dollars par année au gouvernement fédéral, et amélioreront la sécurité financière de 900 000 aînés vivant seuls, partout au Canada.

Ottawa prévoit accorder 200,7 millions de dollars sur deux ans, à compter de l’exercice financier 2016-2017, afin de soutenir la construction, la réparation et l’adaptation de logements pour les aînés.