Tweet #SoinsAuxAînés.

La prévention du mauvais traitement des aînés, c’est l’affaire de chacun

REV2_CNPEA_COL_Billingual.jpg

Par Raeann Rideout, coprésidente du RCPMTA ---


Les résultats de sondages récents indiquent que le mauvais traitement des aînés touche quelque 8,2 % des adultes âgés au Canada1. Étant donné toutefois qu’un incident sur cinq seulement est rapporté à une personne en mesure d’aider, ce taux est probablement beaucoup plus élevé. Cet écart signale qu’il faut mieux faire connaître le problème et y affecter plus de ressources d’aide.

Des campagnes nationales, provinciales et territoriales de sensibilisation au problème, ainsi que la reconnaissance de la Journée mondiale de sensibilisation à la maltraitance des personnes âgées, le 15 juin chaque année, ont eu un effet important sur la prise de conscience de ce problème de santé publique. La confusion règne toutefois toujours entre la population en général, les travailleurs des premières lignes et les fournisseurs de soins de santé au sujet de la façon de réagir aux préoccupations soulevées par le mauvais traitement des aînés. Les administrations d’un bout à l’autre du Canada suivent en outre des démarches législatives différentes lorsqu’il s’agit de répondre à des cas de violence faite aux aînés.

Grâce à du financement obtenu du Programme Nouveaux Horizons pour les aînés (Emploi et Développement social Canada), le Réseau canadien pour la prévention du mauvais traitement des aînés a créé un carrefour national en ligne où les visiteurs peuvent trouver des ressources, des outils et des articles de blogue rédigés par des experts clés du domaine au sujet de recherches en cours, de pratiques exemplaires au niveau des interventions et des programmes, ainsi que des défis posés par la prévention du mauvais traitement des aînés. Le carrefour sert aussi point de contact centralisé pour les professionnels de tous les secteurs et disciplines afin d’appuyer l’élaboration de stratégies efficaces de prévention et d’intervention pour contrer le mauvais traitement des aînés. En outre, les webinaires et autres possibilités d’échange de connaissances qui s’y tiennent régulièrement portent sur des sujets d’intérêt clés.

Le mauvais traitement des aînés entraîne des coûts sociaux et économiques importants. Les cabinets de médecins, les salles d’urgence et les foyers de soins de longue durée constatent plus particulièrement ces coûts pour le système de santé tous les jours. Le mauvais traitement des aînés a un impact important sur leur qualité de vie. La prévention, c’est l’affaire de chacun.

1 McDonald, L. (2016). Into the Light: National Study on the Mistreatment of Older Canadians. National Initiative for the Care of the Elderly, Toronto (Ontario).